les lapins libres

les lapins libres

Yalla une force sensible

 

 

 

Yalla : une force sensible

 

 

yal.jpg
 

 

 

Yalla vient de Saône et Loire, a été recueillie à Dijon en 2008 et mise à l'adoption pour la deuxième fois en décembre 2009

 

 

 GetAttachment.jpg

 

 

 

 

Yalla est une crème : jamais un geste d'impatience, jamais un grognement, jamais les pattes en avant...elle est la douceur même, ce qui m'a trompée au début sur ce qu'elle représenterait dans le couple.

 

 

Je pensais que Yo-shi, très caractériel, la dominerait. C'était bien mal la connaître...Yalla s'est imposée en douceur, progressivement, avec cette force dont elle a le secret.

 

 

 

IMG_1824.jpg
 

 

 

 

 

Yo-shi a capitulé assez vite et Sandra, sa FA avait raison : elle est devenue dominante.

 

Yalla a une autre particularité : son extrême sensibilité : elle est très vite perturbée par des changements. Cette histoire de barricades du canapé ( elle faisait du canapé sa litière ) a entraîné chez elle des arrêts du transit que nous avons traités au primpérid puis au bout de la deuxième fois, en retirant les barrières !

Le moindre bruit insolite, se traduit par un tapage de pattes et un refuge sous le lit. Il est impératif d'aller la chercher car elle ne revient jamais toute seule, une fois sa peur dissipée. Ensuite, elle est contente d'être de retour parmi nous ! 

 

 

 IMG_1052.jpg

 

 

 

 

Elle est craintive parfois suite à des prises dans les bras ( elle déteste ) Il faut pourtant que je contrôle régulièrement ses incisives...En avril 2013, on les lui retire.

Elle se couche de manière détendue, de tout son long comme à la plage. La position "poule" est réservée à la sieste sous son tabouret.

J'adore la savoir aussi détendue...

 

 

IMG_1405.jpg

 

 

 

gamelle 006.jpg

 

 

 

 

Yalla adore les panières pour se coucher. Parfois Yo-shi veut se faire une petite place à ses côtés mais c'est serré ! Cette passion pour les panières s'accompagne d'une passion pour la litière : elle aime se coucher dedans quel que soit l'état de celle-ci...C'est une rustique notre belle garenne : elle aime les choses simples et naturelles, la tranquillité, le calme. Elle bouge peu, joue rarement... Le tunnel est plus pour elle un refuge qu'un jeu.

 

 

 

litière.jpg
 

 

 

 

 

IMG_1754.jpg
 

 

 

En plus, elle est gaieelle fait de petits sauts le matin pour nous dire bonjour et se réjouir du petit déjeuner à veniradore les caresses les petits mots doux avant de s'effrayer d'un seul coup :  " et si elle m'attrapait ? " C'est toujours elle qui donne le signal du départ lors des changements de pièce. Au salon, depuis son fauteuil, elle ne nous quitte pas des yeux. Cette position d'attente, un peu en hauteur lui permet de mesurer ce qui se passe dans sa garenne.

 

 

 

 yo et ya 010.jpg

 

 

 

Elle aime aussi son igloo acheté pour elle : il répond bien à ses moments de crainte : c'est son refuge en cas de danger :

 

 

 

yalla-igloo.JPG

 

 

 

C'est une grosse mangeuse : elle met dans sa bouche, de grosses quantités à la fois, la longueur des branches n'est pas un obstacle..rien ne l'arrête !

Sa gamelle de légumes et sa poignée de cuni-complete le soir, c'est sacré, elle attend ça avec un plaisir non contenu...Même après son opération des incisives, elle se retape au pissenlit et plus tard, elle est capable de manger des petites branches. C'est une battante dans les coups durs.

 

 

 

yo et ya 049.jpg

 

 

 

Un lapin ne se sent vraiment chez lui que 6 mois, un an après son adoption. Même si son adaptation fut très rapide, elle a longtemps gardé une certaine retenue vis à vis de nous. Deux mois avant sa mort, elle s'est sentie plus proche de nous, je pouvais l'approcher, la caresser comme je voulais : elle nous a offert 2 mois de bonheur absolu. Je suis persuadée qu'elle "savait".

 

 

 IMG_2475.JPG

 

 

 

Le 20 février 2015, Yalla fait un grave arrêt du transit occasionné par un problème dentaire : une mastication désaxée (le mauvais positionnement des molaires entraîne des morsures de la joue et des plaies). Elle mange dans le vide, et nous, on croit qu'elle mange vraiment.

Au bout de 10 jours, une grave diarrhée suit l'arrêt du transit : c'est l'entérotoxémie. Elle doit retourner à la clinique à 8h30. A 8h15, elle agonise, sa petite tête se couche sur le côté. On l'aide à partir pour éviter toute souffrance, entourée de notre amour, sous nos caresses.

 

 

 

 Yalla en pleine sieste

 

 

Yalla s'est éteinte à 7 ans le samedi 28 février 2015 : repose en paix ma chérie, ma princesse garenne, tu es pour toujours avec nous...

 

 

 

Ma princesse, mon amour, ma toute belle...

On t'a voulu très fort alors que tu n'intéressais plus personne.

Tu t'es installée chez nous, dans la paix et la chaleur de notre foyer.

Chaque jour qui passait, je louais ta beauté, je buvais ton regard maquillé, j'embrassais en rêve ta petite bouche ourlée.

Tous les soirs, vers 22h00, tu levais ta tête vers moi et je te disais comme tu étais belle.

Yalla, tu sais, les autres, celles qui te succéderont, ne seront plus aussi belles, jamais dans mon coeur…

La plus belle, c'est toi…

Je n'oublierais jamais ces derniers jours que tu passais surtout dans mes bras,

où je t'embrassais sans cesse, sachant que j'allais te perdre…
je noyais mes doigts dans ton épaisse fourrure et mes yeux dans ton regard triste.

On savait toutes les deux, mais on n'arrivait pas à se quitter…

Je te disais sans cesse que tu étais belle et que je t'aimais…

Tu nous a offert avant de partir ce qu'on attendait de toi depuis cinq ans.

Ta confiance.

Ma princesse, mon amour, ma toute belle…

Une partie de toi, reviendra auprès de nous, comme tu l'as voulu.

Mais c'est dans l'immense jardin de Joseph, que je te vois gambader,

tu manges les bons légumes de Maria.

Qu'importe ! Là haut, il n'y a pas de soupe à faire…Pas d'ennemi à craindre.

Fanny, Billi, Li-lou batifolent avec toi.

C'est le jardin d'Eden, il est cultivé pour des lapins gourmands comme toi.

Je vous imagine danser sous la lune, sous le ciel étoilé.

Vous dansez votre joie, le bonheur indescriptible dans lequel vous baignez.

Je te vois ma beauté, ma toute belle, lever le nez au vent...

 

Joseph et Maria sont mes grands-parents



13/04/2010
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres