les lapins libres

les lapins libres

Anecdotes d'octobre 2019

Samedi 26 octobre :

 

 

On progresse encore dans le processus de deuil : Jo bouge beaucoup plus depuis quatre jours, elle monte sur le canapé, y dort même un peu la nuit...Elle adore son petit coin-litière dans le bureau. Le matin, elle se promène. Elle recommence à quémander de la pomme.

 

 

La nuit, elle se remet à vadrouiller. Bref, on la sent plus joyeuse, plus sereine aussi...

 

 

Sa plus grande peur reste les oiseaux. Nous savons pourquoi elle a définitivement quitté la véranda. Elle donne sur un gros figuier, et les étourneaux se chamaillent autour des figues mûres : ils poussent des cris stridents. Il n'y a rien de pire pour Jo que ces cris aigus !

 

Je me suis installée pour lire, tout près de la cabane, et j'ai compris tout de suite le problème...

 

 

 

 

 

Samedi 19 octobre

 

 

 

Il y a longtemps que je n'avais pas donné de nouvelles. Il faut dire que Jo ne fait RIEN ! Elle vit une petite vie tranquille, trop tranquille...Elle ne joue plus du tout (le tunnel est abandonné), elle ne vient au salon que pour manger (nous sommes parvenus à maintenir cette habitude pour la faire courir un peu...)

Elle ne va plus dans la cabane puisqu'elle a adopté le dessous du bureau comme refuge suprême.

Elle se porte bien sur le plan physique, en dehors de cette pelade sur le dos, le long de la colonne vertébrale...Elle mange de nouveau très bien son foin, depuis que le foin de Crau est de nouveau disponible.

 

 

 

Ce qui pêche chez elle, c'est le côté psy. Si elle a trouvé son rythme de vie de célibataire, elle est plus que jamais habitée par des angoisses qui lui pourrissent son quotidien.

 

Un bruit de cuillère dans une tasse, un coup de sifflet de l'arbitre dans un match de rugby, un oiseau qui crie dehors ou qui passe devant la véranda, et voilà notre Jo en vrac !

 

On essaye de la rassurer en lui parlant, mais Yoshi y arrivait bien mieux que nous par sa présence et la confiance qu'il avait dans son environnement.

 

 

 

On apprécie les bons moments, lorsqu'elle se régale au son de la guitare, ou du banjo que mon frère nous joue de temps à autre. On voudrait que ça dure plus longtemps, tellement ça la détend, tellement elle est heureuse...C'est le premier animal mélomane que nous avons.

 

Pour mieux comprendre la situation, il faut savoir que mon frère refuse de s'attacher à un animal, il n'en n'a jamais eu. Il les ignore et n'aime pas que les animaux empiètent sur sa vie.

Jo est la seule qui soit venu d'emblée se coucher à ses pieds, la seule qui soit capable de le regarder de longues minutes : (admiration )?

La musique y est-elle pour quelque chose ? Sûrement, il a su la conquérir (sans le vouloir)à travers ses mélodies et ses instruments.

 

 

 

 

 

 

Samedi 5 octobre :

 

 

 

Après une vingtaine de jours de veuvage, notre Joséphine se bat contre l'adversité, la morosité et les angoisses. Elle se porte très bien, son transit est bon, elle ne gargouille plus du tout.

Elle a pris, depuis une dizaine de jours, un rythme qui lui est très personnel.

 

 

Elle se lève les matins en même temps que nous : 6 h ou 7h selon mon emploi du temps.

Elle mange, assise sur le canapé une assiette de végétaux divers : herbes aromatiques, feuilles de framboisiers, de rosier, aneth et menthe du jardin, pissenlits et roses.

Quand elle a fini, elle jette son assiette sur le tapis (elle ne casse pas).

Puis, elle se rend à la litière qu'elle a désertée toute la nuit.

 

En matinée, elle navigue un peu partout, fait de longs séjours dans son foin de Crau, et se repose dans sa cabane qui va l'abriter toute la durée de la sieste de 10h à 17h le soir. Elle sort de temps en temps, consommer du foin.

A 17h, elle vient sur le tapis du salon attendre sa deuxième gamelle qu'elle mange progressivement jusqu'à 19h.

 

Puis, elle vient se rapprocher de moi au salon, elle se couche alors en direction du couloir, et à 20h, c'est le départ pour ses quartiers de nuit.

Dans le bureau, elle s'allonge sur le tapis, au pied du fauteuil de Chris. Il s'y tient souvent à cette heure, et ça lui fait de la compagnie.

Je lui apporte son cunipic qu'elle mange volontiers au cours de la nuit.

Entre 20h et 22 h elle joue dans le bureau avec le tapis de course. Elle ne se déplace plus du tout durant la nuit.

 

 

Nous l'avons laissée trouver ses marques toute seule et nous nous sommes adaptés à elle, à ce qu'elle voulait vraiment. Les habitudes que nous cherchions à lui donner ont toutes échouées. C'est vraiment elle qui a fait ces choix.

 

 

Il reste possible que ça évolue encore. Un lapin est loin de faire la même chose tout le temps ! Elle trouvera toujours auprès de nous, un soutien indéfectible et un esprit attentif au moindre de ses besoins.



05/10/2019
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 73 autres membres