les lapins libres

les lapins libres

Anecdotes de septembre 2018

 Dimanche 30 septembre :

 

 

 

Yoshi nous a fait une douleur hier matin. Nous pensons à un trop plein de topinambours, et à des douleurs de gaz. Il a visiblement eu mal au ventre : on a trouvé des crottes molles en fin de journée. Je l'ai gavé tout de suite, dès le réveil, à 8h, 6 seringues toutes les deux heures, du metacam et de l'emeprid.. Il les tétait . Jamais je n'avais fait un gavage aussi plaisant.

 

 

 

Il n'était pas abattu, il ne présentait aucun signe de douleur, juste une anorexie.

 

 

 

Je n'ai pas voulu l'amener chez la véto, car l'autre jour, il est resté sans manger toute une journée, et le rattrapage a pris deux jours !

J'ai bien fait. De toute façon, nous ne le laissons plus, nous préfèrons qu'il meurt chez lui. Et si il y a besoin d'une euthanasie, nous serons là aussi, avec lui.

 

 

Je l'ai senti reconnaissant de l'avoir soulagé. Il m'a fait des petits sauts de contentement, et signe chez lui que tout va bien, il a poursuivi sa copine toute la soirée.

Ce matin, il est allé chercher son papa à la porte de notre chambre. C'était la première fois qu'il allait si loin dans le couloir.

 

 

 

 

 

 

Mercredi 26 septembre :

 

 

 

Tout le monde va bien. Yoshi passe plus de temps dans sa cabane, mais les matins, il se fait quelques sorties ainsi que les nuits : il est retourné au bureau quémander. Les nuits ont été froides et le jour, les températures sont descendues à 19 ° depuis deux jours. On laisse donc le soleil baigner la véranda.

 

 

Jo réclame le cunipic tous les soirs. Elle se met en faction devant moi et elle me fixe sans sourciller jusqu'à ce que je m'exécute. Bien sûr, c'est totalement insupportable ! Je ne peux pas soutenir son regard. Heureusement, je ne la vois pas toujours tout de suite...

Elle décide de me demander dès qu'elle a fini son repas d'herbes : elle ne perd pas une minute !

 

Mon frère vient de vivre deux mois très proche de nous, et il est surpris des relations que nous avons avec eux, de la communication que nous avons mise en place les uns et les autres : humains et animaux. Pour lui, un lapin était un joli petit animal qui détalait dans les broussailles, sans plus. En vacances, il n'y prêtait pas trop attention.

Là, il a eu le temps d'observer leurs réactions, leur mode de communication avec l'humain et par là-même les signes d'intelligence qu'ils présentent...

 

 

 

Jeudi 20 septembre :

 

 

 

 

Ici, malgré le retour de la chaleur, nos petits vont bien. Les nuits sont fraîches en cette saison, et ça rend la journée supportable. 

Cette fois, je le perçois, Yoshi se montre moins vif. Il est plus pantoufflard : sa cabane constitue souvent l'essentiel de son lieu de vie. Il sort quémander le matin, manger beaucoup de foin depuis sa litière, puis, on ne le revoit plus jusqu'au soir. Il sort vers 18h00 pour son repas, et disparaît de nouveau toute la soirée.

Ce changement survient alors qu'il s'achemine doucement vers ses 10 ans et demi, (dans un gros mois).

Sa copine, aussi importante que sa cabane, reste le centre de sa petite vie tranquille.

Hier, je l'ai trouvé, sa tête reposant sur celle de Jo , elle-même complètement renversée sur le côté, les yeux fermés.

Ma visite n'a troublé personne. 

 

 

 

 

 

Jeudi 13 septembre :

 

 

 

Le satyre reprend du service...Sacré tempérament ! On n'est qu'en septembre, ça va être long jusqu'en juillet prochain !

Cette vivacité hormonale, je dirais, vivacité qui fait sa légende, le maintient certainement dans une forme olympique. Alors, on va faire un effort pour le supporter.

Jo pourra toujours se réfugier dans le bureau au cas où il lui pourrirait la vie.

Il me semble qu'il ne s'y aventure plus (sans doute à cause de sa patte qui fuit un peu dans les mouvements tournants ou les glissades).

 

 

 

 

 

Samedi 8 septembre :

 

 

 

Ma reprise cette année fut sous le signe du changement. Je m'épanouis encore dans les dernières années qui me restent : trois, mais je vais être moins disponible pour mes loulous en raison d'un déplacement qui me prend une demi-heure le matin et une demi-heure à midi. A celà, je dois rajouter des obligations personnelles. Heureusement, ils ont leur papa...

 

 

Yoshi dévore comme jamais. Il a des gamelles de légumes et de verdure, mais ça ne lui suffit pas : il finit celle de Jo, en particulier les quelques légumes qui, de toute façon, ne lui sont pas autorisés.

Depuis qu'on l'a : il y a presque 10 ans, jamais nous ne l'avions vu dévorer ainsi. Nous pensons même qu'il a repris un peu de poids !

 

 

Ils nous amusent toujours autant. Jo a un nouveau dada : m'interdire son territoire : sa litière, son paquet de foin, sa cabane. Cette petite nouille ne s'est jamais demandée QUI pouvait la nourrir ! Elle tiraille les lanières de mes sandales, ou, si je suis pieds nus, me pince la peau.

 

 

Voici une photo du grand ménage de ce matin : Yoshi est venu réclamer son paquet de foin neuf sur la cabane, car j'occupais son espace habituel...Jo, n'avait rien vu : il a fallu l'hélitreuiller... 

 

 

 

 IMG_4857.JPG

 

 

 

 

Mardi 4 septembre :

 

 

 

Nous avons enfin réglé les problèmes de marquage du tapis sacré. J'avoue ne pas avoir entamé de dispositif d'éducation. J'ai toujours réfuté chez les lapins, cette thèse qui consiste à dire que le lapin s'éduque comme n'importe quel autre animal. (Je sais, il existe des personnes qui pensent le contraire...)

Loin de moi la pensée qu'il puisse être bête, non. Le lapin est indépendant, libre, et c'est dans sa nature de faire exclusivement ce qu'il veut. 

 

 

 

Il faut donc agir de façon à ce que lui, et lui seul, choisisse ce qu'il veut faire : ici, par exemple, cesser un marquage.

J'ai aspergé le tapis de "zen miloa" afin d'apaiser psychologiquement ce stress qui consiste à se dire : "ce tapis, c'est le mien, il me faut leur dire que c'est le mien, sinon, ils vont toujours marcher là où je me couche. Il ne sera pas complètement à moi, si je ne fais pas pipi dessus..."

 

 

Avec ce spray apaisant, ils ne ressentent plus ce stress, et sont plus à même de partager leur territoire avec nous.

 

 

Vous pensez bien que pour vous exposer le phénomène, j'ai attendu un résultat définitif. J'avais déjà testé ce produit lors de l'arrivée de Jo. Elle avait déchiqueté un plaid sur le canapé. Chaque nuit, elle passait ses nerfs dessus. Dès la première aspersion, elle avait cessé complètement ses ravages.

 

 

 

Le marquage s'est arrêté immédiatement une fois de plus.

J'ai constaté une absence totale de pipis il y a quatre jours dès le lendemain de la vaporisation effectuée la veille à 23h.

 

 

 

Chez les lapins, les bêtises sont souvent le fruit d'un stress. Il ne faut pas oublier que c'est un animal-proie qui souffre de sa fragilité dans un environnement hostile, peuplé de phénomènes incompréhensibles pour lui. Il en ressort une nervosité excessive, des peurs, un sentiment d'insécurité.

C'est à nous de combattre ça avec les armes naturelles dont nous disposons...

 

 

 

 

Samedi 1er septembre :

 

 

 

Depuis que nous avons déménagé, les lapins mangent incroyablement plus et leur transit s'est amélioré.

Nous n'en connaissons pas la raison.

Ils ont toujours bénéficié d'un environnement clair, ensoleillé, aéré.

Ils sont toujours à proximité d'une rue passante, en pleine ville, même si la véranda donne sur le jardin. Des bruits parasites (hélicoptère, ambulances...), il y en a ici comme à Guéret. Bref, rien de vraiment nouveau dans leur vie.

 

 

Nous, on se plait beaucoup dans notre maison : ressentent-ils notre propre bien-être ? Tout est possible, mais j'y crois peu. Je pense que ça restera un mystère...

 



01/09/2018
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres