les lapins libres

les lapins libres

anecdote de mars 2017

 

Jeudi 30 mars :

 

 

 

 

 

Estomac : petit à petit Jo semble récupérer de l’appétit. Elle mange assez depuis deux jours, nous avons donc stoppé les gavages.

 

 

 

Condition physique : excellente pour les deux.

 

 

 

Bêtises : une nervosité excessive a poussé Jo à me faire des trous dans des vêtements. Heureusement, je n’ai pas les moyens de m’acheter des vêtements chers ! Alors ce n’est pas grave...

 

 

 

Love : ils ont besoin de beaucoup d’amour en ce moment: la maladie de Jo a été l’occasion d’un rapprochement entre eux. Ils sont encore plus proches qu’avant.

 

 

 

Divers : la prise de l’emeprid et du traitement pour l’estomac génère toujours un stress chez Jo

 

 

 

Courses : gros bouquets d’herbes cueillis à l’étang. Je n’aime pas faire ça, mais à chaque fois, Jo repart avec ce type d’alimentation on ne peut plus naturelle !

 

 

 

Envie : que le cauchemar de la semaine passée, ne soit plus qu’un lointain souvenir… Cette fois, nous avons eu très peur. Si nous avions perdu Jo, nous savions que Yoshi serait resté seul.

 

 

 

Cet épisode nous a permis de voir que nous n’avions plus la force de supporter la souffrance de nos animaux. C’est Yoshi qui doit partir le premier, car c’est lui qui supporte le moins le célibat (à priori)… Là, nous avons eu très peur de devoir le garder une nouvelle fois veuf.

 

Au début, il est tout joyeux : il reconquiert son territoire, fait son fils unique. Au bout de trois jours, il commence à s’ennuyer. Au bout de deux, trois semaines, il « s’éteint » : il devient apathique.

 

Cette fois-ci, on est resté dans la phase 1 : le célibat gai, et on a amorcé la phase 2 : l’ennui…

 

Souhaitons qu’on ne revive pas la situation de sitôt...

 

 

 

 

Mercredi 29 mars :

 

 

 

C'est confirmé : Jo va mieux : elle mange plus lentement, mais la quantité est impressionnante ! Hier soir, on a branché le petscool dans la chambre. On pourra en constater les effets j'espère, d'ici un ou deux jours.

Par contre, il faut bien continuer d'aérer, alors je suppose que ça serait mieux de le débrancher pour éviter qu'il ne diffuse pour rien.

 

La prise des médicaments est un gros stress, mais c'est hélas inévitable : on finit l'antibio ce soir, mais il faudra continuer l'emeprid encore quelques jours.

Pour le traitement, je vais reprendre la compote.

 

 

Mardi 28 mars :

 

 

 

Depuis 12h, heure de mon retour du boulot, Jo dévore : herbes, foin...Il faut attendre ce soir pour plus de détails, mais il semblerait quand même que l'appétit soit de retour, après un gros gavage ce matin à 6 h.

Ce soir, je ne serai pas là pour la regarder manger, mais Chris va s'en occuper, je peux compter sur lui pour exercer une surveillance.

J'ai acheté à la clinique "Petscool" : un diffuseur électrique d'huiles essentielles, conseillé pour les mammifères et les oiseaux qui présentent des signes de stress.

Notre petite Jo peut être sensible à l'aromathérapie, et y trouver du réconfort.

Pendant sa maladie, c'était une boule de nerf.

 

 

 

 

Lundi 27 mars : 

 

 

 

L'appétit tarde à revenir. C'est long, car le gavage est une galère.

On sollicite, mais sans plus, car on joue également la carte du relâchement : elle ne doit pas sentir notre stress, retrouver ses habitudes.

On l'a remise avec Yoshi, c'est une réussite : ils dorment collés, sont heureux ensemble. 

Ce matin, elle a joué dans son tunnel. 

Ce soir, on va lui cueillir du chiendent : c'est un aliment qui passe bien.

 

 

 

 

Samedi 25 mars :

 

 

 

Jo est rentrée, mais elle n'est pas brillante. Elle bouge peu, mange un brin de foin toutes les heures, et fait des amas de crottes un peu molles, ou des petits crottous.

Elle ne dort pas vraiment. Pour moi, elle a mal au ventre.

Il va me falloir la gaver bientôt.

Sa véto m'a montré une technique, dans la boîte de transport, en la laissant sur ses quatre pattes.

On va tester. Elle a de l'emeprid et un antibio en plus de son traitement.

Je reste très pessimiste quant au pronostic vital. Je trouve trop de similitudes avec ce qu'on a vécu avec Yalla.

Je suis très déprimée, découragée, je vis de plus en plus difficilement cette situation incertaine. Je n'ai qu'une envie : vivre recluse dans la chambre avec elle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 24 mars :

 

 

 

Jo est hospitalisée. J'ai peu d'espoir.

Je donnerai des nouvelles plus tard. J'ai peur que les examens d'hier aient provoqué un choc psychologique important.

 

 

 

Mercredi 22 mars :

 

 

Jo est encore malade. Je ne sais plus quoi faire. Je sens la détresse me gagner dès que je dois multiplier les gavages. Elle se débat, c'est très dur de devoir ainsi la forcer à manger. Elle n'avale pas, et ça dure une éternité. 10 ml c'est très peu à la fois, et en plus, j'en perds beaucoup.

Je sais aujourd'hui que je ne veux plus de lapin après eux, cette fois, ma décision est prise, c'est définitif. Je ne supporte plus la maladie, l'incertitude, de faire des soins de force.

 

 

 

 

Mardi 21 mars :

 

 

J'ai beaucoup de travail en ce moment : plusieurs choses à mener de front. 

Yoshi se fatigue à reprendre le contrôle de son territoire, à dominer sa copine. Par moment, il se couche, épuisé, puis recommence. Je n'aime pas qu'il se fatigue ainsi : il a 9 ans dans un bon mois.

Jo, a tendance à le suivre dans la protestation : elle sent elle aussi sous la porte des petits, avec insistance, alors qu'avant, les odeurs la laissaient plutôt indifférente.

Cela fait 2 ans aujourd'hui qu'on a contacté son ancienne propriétaire. Si facebook ne nous l'avait pas dit, on ne se serait pas rappelé !

 

Je vis mal de laisser les petits isolés dans la chambre. J'ai l'impression de ne pas m'occuper d'eux. Certains jours, je ne peux aller les voir que le matin, le midi et le soir. Ils ont beau être en liberté, je ne peux m'empêcher de les plaindre.

J'oublie qu'ils pourraient être euthanasiés si je n'avais pas accepté de m'en charger.

Je n'y suis pas attachée pourtant. Tao m'amuse, avec son énergie inépuisable. Noa est toujours la douceur incarnée.

 

 

 

 

Jeudi 16 mars :

 

 

 

Je peine de plus en plus à garder Tao et Noa enfermés dans une pièce. Mon attachement à la liberté des lapins se trouve frustré. Je ne le vis pas très bien. J'ai beau me dire qu'ils sont mieux là que morts dévorés par un chien, je les imagine trop avec les nôtres, au salon. Soit dit en passant, Yoshi n'accepterait jamais qu'un petit bout de truc de  900 g s'approche de sa Joséphine !

Jusqu'à présent, je suis bien parvenue à me détacher d'eux, surtout qu'ils ne sont pas du tout le type de lapin que je recherche.

Malgré tout, ils sont tellement sages et adorables que je crains le temps qui passe.

Tao hier a fait preuve de caractère. Pour les sortir de leur routine, j'ai déplacé leurs affaires de quelques centimètres. Il n'a pas apprécié du tout, et me l'a fait savoir en tapant de la patte. 

 

 

 

 

 Mercredi 15 mars : 

 

 

 

Estomac : pas terrible...Je sens que Jo n’a pas encore récupéré de sa dernière crise. Elle mange en quantité moindre à la fois.

 

Condition physique : Yoshi poursuit sa copine de ses ardeurs. Il a fallu jeter le fond de bouteille du mélange homéo, pour le remplacer par un neuf, il sera ainsi plus efficace.

 

Bêtises : très sages mes loups en ce moment...

 

Love : ils ont besoin de beaucoup d’amour en ce moment : il faut souvent les caresser, les embrasser. Yoshi fait pipi toutes les nuit sur son plaid au pied de notre lit, histoire qu’aucun autre lapin ne s’approche de sa maman.

 

Divers : Tao sera stérilisé jeudi 23 mars.

 

Courses : gros bouquets d’herbes de toutes sortes, les petits ont goûté avec succès la coriandre.

 

Envie : de rendre hommage à Yoyogustin, le frère de Yoshi qui a rejoint le pays de l’Arc en ciel : il aurait eu 9 ans le 2 mai prochain. Courage à sa famille, et aux personnes qui l’aimaient autant que moi. 

 

 

 

 

Mardi 14 mars :

 

 

Bats-toi Yoyogustin ! 

 

 

yoyogustin.jpeg

 

 

 

Augustin est le frère de Yoshi : allez petit père ! On t'aime fort ! 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 12 mars :

 

 

 

Dernière photo en date : Tao commence à devenir pénible avec Noa. J'aurais dû prendre rendez-vous la semaine dernière pour sa stérilisation.

 

 

 

IMG_3975.JPG

 

 

 

Noa aime beaucoup les produits frais : légumes, herbes, et salades, pomme fraîche...Tao préfère le foin, et les granulés. D'ailleurs, il boit beaucoup. 

Cela prouve que, comme les humains, les animaux ont des goûts bien arrêtés, et qu'il n'est pas forcément facile de les leur changer. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 10  mars

 

 

 

A midi, j'apprends une bonne nouvelle : Jo est remise !

Elle a retrouvé de l'appétit après les deux derniers gavages. Ce matin, inquiète, je me suis levée à 5h50 pour faire mon mélange de critical care, le remplissage de mes seringues, et la saisie de la bête, peu coopérative. Je n'y tenais plus.  

Si seulement la prochaine nuit pouvait être sereine, et plus longue.

 

 

 

 

 

 Jeudi 9 mars :

 

 

 

Jo ne va pas ce matin, depuis hier soir. Cette fois, elle va devoir être hospitalisée, car l'appétit ne revient pas. Je l'ai déjà gavée trois fois. J'ai dormi avec elle cette nuit.

 

 

 

Mercredi 8 mars

 

 

 

 

Estomac : tout va bien. J’ai même utilisé l’aspirateur hier, prenant le risque d’une anorexie le soir, chez Jo. Elle a eu peur, mais son estomac a résisté.

 

 

 

Condition physique : excellente pour tout le monde. Yoshi tape du pied, court comme un fou, saute comme un jeune homme !

 

 

 

Bêtises : Jo a déniché un morceau de pomme sur une petite table, morceau qui lui était destiné , mais qu’elle n’avait pas la patience d’attendre ! Le numéro d’équilibriste s’est fort heureusement bien terminé sous les yeux complaisants de Yoshi, espérant sans doute pouvoir profiter du festin.

 

 

 

Love : la sieste a raison de la perturbation engendrée par les petits. Elle se fait collée dans la cabane. Quand on est cerné par les odeurs d’un autre mâle, on ne perd pas de vue sa copine !

 

 

 

Divers : Yoshi reste nerveux, mais sait aussi se ménager des temps de repos avec nous.

 

Tao bouge beaucoup plus : les hormones sans doute...

 

 

 

Courses : gros bouquets d’herbes de toutes sortes, panais et céleri.

 

 

 

Envie : que Tao et Noa puissent être très vite adoptés, pour vivre en société comme ils le méritent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dimanche 5 mars :

 

 

 

Tout le monde va bien. Je libère les petits de plus en plus longtemps : ils adorent. Tao réclame : il cherche même à sauter, mais c'est beaucoup trop haut pour lui. Noa, qui n'osait pas s'aventurer, a pris confiance, et accompagne Tao dans le reste de la chambre.

Ils mangent du céleri, un peu de persil, de la salade et des fanes de carotte. Je vais leur faire goûter du panais. Malgré son jeune âge, Tao supporte très bien la verdure.

Ils attendent cette gamelle chaque soir avec beaucoup de joie.

Je donne aussi des granulés, car Tao est en pleine croissance : il a pris 100 g depuis qu'il a été trouvé. Il n'a pas grandi, mais avait besoin de prendre du poids.

Ils sont globalement propres. Les crottous que je peux voir, tout près de la litière, sont sûrement ceux de Tao, non stérilisé.

Ailleurs, dans la chambre, je n'en vois pas, ce qui est plutôt satisfaisant.

 

Tao est très vif, très joueur comme tous les petits lapins de son âge : il sprinte. Noa, c'est confirmé, est très calme, très posée, et affectueuse : elle ne manque jamais de lécher mes pieds.

Je la crois reconnaissante pour le confort qui lui est apporté, la sécurité, le bien-être qu'elle vit quotidiennement.

 

 

 

 

 

 

Mercredi 1er mars 2017

 

 

 

Noa et Tao ont leur carnet de santé : ça a de l'importance.

L'abandon est derrière eux. Ils ont une identité, ont droit à une protection, et à des soins.

Merci au Bazar des Nacs pour les avoir pris en charge.

 

 

https://static.blog4ever.com/2009/04/311997/artfichier_311997_6981730_201702280121367.jpg

 

 

 

Ce matin, Chris surveille le repas. D'un seul coup, Yoshi juge qu'il a assez mangé. Il s'arrête, et file dans le couloir. Chris me dit, amusé, "Il avait quelque chose d'urgent à faire dans la chambre..."

Je viens de découvrir l'urgence de mon petit bonhomme : marquer le devant de la porte des SDF : on ne sait jamais : s'il leur prenait l'envie de sortir !  

 

 

 

IMG_3969.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



01/03/2017
12 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 62 autres membres