les lapins libres

les lapins libres

Après la mort des animaux

Je dédie cet article à Myla de Sylvie, dans la peine aujourd'hui. Myla si belle, si courageuse, si proche de ses gardiens nous a quitté pour cet espace de lumière qu'on nomme le Pont de l'Arc-en-Ciel. Lassée de ses soucis de santé, elle a eu envie, la coquine, de gambader en pleine forme dans les champs émeraudes…Elle s'est laissée glisser doucement vers cette douceur lumineuse jusqu'à devenir un petit esprit…Ici, Myla, tant que nous vivrons, nous penserons à toi avec émotion.

 

 

 

 

Il y a un pont qui relie le Paradis et la Terre
On l'appelle le «Pont de l'Arc-en-Ciel» à cause de ses nombreuses couleurs.
Au bout du Pont de l'Arc-en-Ciel, il y a un pays de prairies,
de collines et de vallées luxuriantes.
Quand un de nos compagnons décède, il va là-bas.
Il y a toujours de la nourriture et un temps printanier.
Les animaux vieux et faibles sont jeunes à nouveau.
Ceux qui ont été blessés ou mutilés sont à nouveau en pleine forme.
Ils jouent ensemble toute la journée.
Une chose manque tout de même : ils ne sont pas avec ceux qui les ont aimés sur terre.
Alors, chaque jour ils courent et jouent, jusqu'au moment où
l'un d'eux s'arrête soudain de jouer et regarde en l'air.
Son nez s'agite ! Ses yeux fixent l'horizon !
Et tout d'un coup, il s'éloigne du groupe, volant au-dessus de l'herbe verte,
ses jambes le portant de plus en plus vite.
Il vous a vu, et, quand vous vous rencontrez,
vous prenez votre compagnon dans vos bras, et vous l'étreignez.
Les bisous pleuvent sur votre visage encore et encore et encore,
et vous dévisagez une fois de plus votre ami tant adoré.
Alors vous traversez ensemble le Pont de l'Arc-en-Ciel, pour ne plus jamais être séparés.

Auteur inconnu

 

 

 

Après la mort des animaux…

 

 

 

 

 

Nous avons perdu cet être cher qui était notre animal de compagnie. Qu'avons-nous été pour lui ? Pourquoi est-il venu ? Où est-il à présent ?

 

Comment ne pas le quitter tout à fait ? Comment rester en communication avec lui ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Loin de moi l'idée de plagier le livre de Laïla Del Monte que je vous conseille vivement de lire vous-même car je ne parviendrai pas à en faire un résumé complet et fidèle.

 

Pour faire court, Laïla pratique la communication avec les esprits des petits disparus et procède également avec l'aide de ses « médecins du ciel » à la guérison de malades sur la demande de vétérinaires.

 

 

 

 







Je vais juste me contenter de relever ce qui a trouvé une résonance en moi et ce que j'ai découvert sur mes animaux en lisant ce livre. Je vous mettrai quelques extraits : ils ne seront pas forcément ceux que vous auriez relevés vous-même…

 

 

 

 

Qu'avons-nous été pour lui ?

 

 

D'abord, j'ai retenu le mot »gardien », je ne sais pas pourquoi mais je n'emploie jamais le mot « maître » ou « maîtresse » qui ne correspond pas du tout aux rapports que j'entretiens avec mes animaux. Le mot « gardien » auquel je n'avais pas du tout songé, est celui que j'attendais. C'est un équivalent pour moi du « protecteur ».

 

 

 

 

 

Sachez tout d'abord que votre animal vous choisit. Je suis sûre qu'on a tous connu cette sensation au chenil ou sur internet : ce qu'on appelle le coup de cœur. L'animal vient spontanément vers vous. C'est ce que j'ai vécu avec Hera (elle était arrivée dans la semaine en mauvais état et j'ai fait le désespoir de tout le monde en la prenant ! Au chenil, ils étaient dépités car je laissais derrière moi des toutous là depuis des mois et mes beaux parents pensaient qu'Hera ne vivrait pas…Résultat : 10 ans de bonheur et d'amour fou !)

 

 

L'animal ne nous juge pas.

 

 

 

« Les animaux ne portent aucun jugement sur nous quelles que soient nos pensées et nos actions, ils nous portent juste de l'Amour ».

 

C'est ce qui doit nous déculpabiliser.

 

 

 

 

 

 

Où va-t-il ?

 




 

La mort est juste un passage (un voile très fin) vers un monde différent et parallèle au nôtre, une autre dimension imperceptible à nos yeux qui n'a pas d'espace-temps, un monde d'énergie fait de lumière et d'amour. On peut donc parler d' »autre monde » où se retrouvent sans distinction tous les êtres chers (humains et animaux confondus).

 

 

 

 

 

J'ai retenu aussi cette prière amérindienne très jolie et très connue qui fait écho à celle de st Augustin

 

 

 

 

Quand je ne serai plus là, lâchez-moi !
Laissez-moi partir
Car j'ai tellement de choses à faire et à voir !
Ne pleurez pas en pensant à moi !
Soyez reconnaissants pour les belles années
Pendant lesquelles je vous ai donné mon amour !
Vous ne pouvez que deviner
Le bonheur que vous m'avez apporté !
Je vous remercie pour l'amour que chacun m'a démontré !
Maintenant, il est temps pour moi de voyager seul.
Pendant un court moment vous pouvez avoir de la peine.
La confiance vous apportera réconfort et consolation.
Nous ne serons séparés que pour quelques temps !

Laissez les souvenirs apaiser votre douleur ! Je ne suis pas loin et la vie continue !

Si vous en avez besoin, appelez-moi et je viendrai !
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher, je serai là,
Et si vous écoutez votre coeur, vous sentirez clairement
La douceur de l'amour que j'apporterai !
Quand il sera temps pour vous de partir,
Je serai là pour vous accueillir,
Absent de mon corps, présent avec Dieu !
N'allez pas sur ma tombe pour pleurer !
Je ne suis pas là, je ne dors pas !
Je suis les mille vents qui soufflent,
Je suis le scintillement des cristaux de neige,
Je suis la lumière qui traverse les champs de blé,
Je suis la douce pluie d'automne,
Je suis l'éveil des oiseaux dans le calme du matin,
Je suis l'étoile qui brille dans la nuit !
N'allez pas sur ma tombe pour pleurer
Je ne suis pas là, je ne suis pas mort.

 



 

Prière dite de Saint Augustin :

 

La mort n'est rien. Je suis simplement passé dans la pièce à côté.
Je suis moi, tu es toi.
Ce que nous étions l'un pour l'autre, nous le sommes toujours.
Donne-moi le nom que tu m'as toujours donné.
Parle-moi comme tu l'as toujours fait. N'emploie pas un ton différent.
Ne prends pas un air solennel ou triste.
Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Prie, souris, pense à moi, prie avec moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l'a toujours été, sans emphase d'aucune sorte, sans une trace d'ombre.
La vie signifie ce qu'elle a toujours signifié. Elle est ce qu'elle a toujours été. Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de ta pensée simplement parce que je suis hors de ta vue ?

Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.
Tu vois, tout est bien.
Tu trouveras mon coeur, tu en retrouveras les tendresses épurées.
Essuie tes larmes. Et ne pleure pas si tu m'aimes.

 

 

Je précise que je suis une athée convaincue et qu'après avoir lu ce livre, je le suis toujours.

 

 

 

J'avais pour habitude de confier mes animaux décédés à des personnes chères et disparues. J'ai ainsi confié Hera, ma chienne, à mon oncle et à ma tante, mes lapins Fanny, Billi et Li-lou à ma grand-mère : c'est chez elle et avec elle que j'ai appris à les aimer autant…

 

Laïla confirme qu'il y a bien des connexions entre humains et animaux et ça m'a beaucoup rassuré de lire ça.

 

 

 

 

 

Pourquoi est-il venu ?

 

 

Quand l'animal part, on culpabilise : le recours à l'euthanasie, le moment choisi, les circonstances de la mort, l'accident, si accident il y a, autant de culpabilités possibles…

 

 

 

J'avais un souci avec Billi, mort des suites de sa stérilisation le 1er septembre 2007. Je le pleurais encore 6 ans après lorsque je repensais au raidissement de son petit corps dans mes bras, lorsque je regardais la cicatrice laissée par lui sur mon poignet droit…

 

 

 

Je sais maintenant pourquoi Billi est arrivé dans ma vie et pourquoi il est reparti un mois après.

 

 

Billi s'est imposé à moi dans sa boîte de verre à l'animalerie : il était seul, invendu, il toussait. On me l'a présenté en réclame car « trop vieux ».

 

Billi a éclairé ma vie loin de Christian alors en rééducation : tous les soirs, il sautait sur moi, me léchait, multipliait les démonstrations d'amour à mon égard.

 

Et puis, vers le 20 Aôut, il a commencé à me mordre jusqu'au sang et Christian m'a appris qu'il rentrerait en week-end prochainement.

 

Billi est mort le premier week-end où Chris est rentré…

 

Billi était sûrement condamné dans sa cage de verre, il est venu recevoir de l'amour et en donner au centuple. Il s'est retiré lorsque Chris s'est fait de nouveau plus présent.

Je ne pleure plus, Billi c'est l'animal qui vient et qui repart sa mission accomplie…Je ne pouvais pas contrarier ça…Je pense à lui avec apaisement, il reste l'amour de ma vie avec Hera.

 

 

Yoshi est sur terre pour aider : il a d'abord forcé notre admiration en aidant Li-lou, en l'assistant jusqu'à l'euthanasie (voir « l'animal face au décès de son compagnon). En ce moment, il aide Christian dans un traitement long et difficile contre l'hépatite C.

 

C'est Chris qui l'a choisi sur les annonces de « Marguerite » en janvier 2009. Ils ont développé tous les deux une complicité inouïe. Nous avons cru le perdre en novembre mais il ne pouvait pas partir sans avoir achevé sa mission…

 

Christian est aux petits soins pour lui et Yoshi l'adore.

 

 

 

« L'animal spécifique, qui est venu pour vous aider à travers vos épreuves et vos maladies et a emporté avec lui une parcelle de vos souffrances, est un grand être, plus grand que ce que vous pouvez imaginer. Il faut le respecter pour ce qu'il est et respecter son choix »

 

 

 

 

 

Lorsque vous perdez votre animal, cet être si cher à votre cœur, cherchez pourquoi il vous a choisi, vous…Pourquoi vous vous êtes  rencontré, pourquoi il est parti à ce moment de votre vie. On  trouve beaucoup d'apaisement dans cette démarche.

 

 

 

 

 

Je n'ai jamais attaché d'importance au corps, à l'enveloppe de notre esprit…J'ai enterré Billi parce que je le pouvais, Hera aussi…

 

Pour Fanny et Li-lou, je « savais » que leur esprit-lumière n'occupait plus leur corps et il m'a été facile de laisser leur enveloppe. Ce qui me reste d'elles, c'est ce qu'il y a de plus beau, c'est ce que j'ai vécu avec elles.

 

 

 

L'animal, même s'il meurt seul, n'est pas seul en fait…Il est entouré par des esprits lumineux de d'autres animaux qui l'entourent et qui viennent le chercher…

 

 

 

Dans la nature, le corps est laissé à l'abandon. Dans certaines civilisations, il est exposé aux « nettoyeurs » du ciel : les vautours. Je pense aux amérindiens et aux népalais…

 

Déculpabilisez donc si votre animal meurt chez vous pendant que vous êtes au travail ou pendant la nuit. Il ne sera pas mort seul.

 

 

 

« Vous vivez sur terre seulement pour quelques années que vous appelez une incarnation, puis vous laissez votre corps comme une robe usée, pour aller vous rafraîchir dans votre vraie maison, celle de l'Esprit » Chef  White Eagle, Etat-Unis 

 

 

 

 

 

 

Puis-je toujours communiquer avec lui ?

 

 

 

 

 

Il peut vous envoyer un signe d'où il est, que vous comprendrez car vous conservez avec lui un lien de cœur qu'il continue de percevoir.

Il ne m'a jamais été donné de vivre un signe de mes petites étoiles car je n'y ai jamais prêté attention jusque là, ne croyant pas cette connexion possible.

 

 

« Animaux et gardiens sont unis dans un Cercle d'Amour tellement puissant que nous ne pouvons nous séparer, même à cause de l'euthanasie, même à cause de la mort »

 

Pensez à lui  avec amour et il recevra cette pensée...

 

 

 

 

 

Prolongements :

 

 

 

 Par souci d'objectivité, j'ai recherché des détracteurs à Laïla Del Monte et j'ai trouvé des gens pour dire qu'elle fait du commerce avec ses conférences et ses livres, qu'elle a trouvé un filon pour faire fortune...Bref, exactement les propos qu'on peut tenir lorsqu'on est très cartésien. Et je comprends tout à fait ce point de vue.

 

 

Sauf que....Et là, quelle ne fut pas ma surprise de lire chez ces mêmes détracteurs des témoignages montrant que des personnes possèdent de "vrais dons" pour apaiser, communiquer avec les animaux, des témoignages de "flash", d'intuitions...Bien contradictoire tout ça !

 

 

D'un côté, on dénigre et de l'autre, on reconnaît l'existence du don. Alors que faire ? Avoir ses propres convictions, se servir de son vécu, aller dans le sens de ce vous dicte votre coeur. La clef est là faute d'être ailleurs...

 

 

 

 

Je ne crois pas qu'on puisse tous devenir des communicateurs, le but des stages qu'elle organise n'est pas là. Ce qu'elle apporte c'est une perception différente de la mort et de la vie aussi, c'est une autre façon de considérer son petit compagnon, c'est améliorer la compréhension et les relations entre gardien et animal afin de décoder, donc de pouvoir régler d'éventuels soucis relationnels...

C'est le thème de ce second livre basé sur la communication télépathique.

 

 

 

 

Nos animaux disparus continuent de communiquer avec nous. Laïla dit qu'il y a une grande complicité entre les animaux et les fleurs et ils choisissent souvent de s'exprimer par l'intermédiaire de celles-ci, dans leur jardin, là où ils ont gambadé durant leur vie.

 

 

Voici un exemple qui m'a été communiqué : les primevères blanches sont nouvelles de cette année et font suite à la disparition d'une petite lapine aujourd'hui au pays de l'arc-en-ciel, chérie par sa famille...Regardez comme ces primevères gambadent...

 

 

 

 

 

 

 

 Le jour où j'ai mis cet article en ligne, Calahou quittait  la communauté des vivants. Je lui dédie aussi ce texte car je l'aimais beaucoup...

 

Merci à Sophie qui m'a conseillé ces livres...

 

Pour mettre une petite bougie à Myla :

 

 

 

http://www.gratefulness.org/candles/candles.cfm?l=fra&gi=myla



16/02/2013
33 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 62 autres membres