les lapins libres

les lapins libres

conférence Caduvet (Lille)

Rabbit School CaduVet du 4 juin 2016

 

Pour manger et digérer le lapin a besoin de ses dents et de son tube digestif.

 

  1. Les dents

Le lapin sauvage mange ce qu’il trouve dehors dans les prairies ou des résidus herbeux de la nature. C’est une alimentation pauvre en calories et riche en silice, donc le lapin mange tout le temps, ce qui permet aux dents de s’auto-limer en se frottant les unes contre les autres.

Le lapin ne mange pas de tubercules dans la nature.

Les dents essaient toujours de se toucher, c’est pourquoi, si elles ne sont pas bien alignées, elles vont pousser de la pointe et de la racine.

Lorsque le lapin mange des extrudés, il mâche comme un chien, ce qui n’est pas bon pour ses dents.

Lorsque l’on coup les incisives, cela créé des vibrations qui abiment les molaires.

 

Symptômes d’un problème dentaire :

  • Hypersalivation,

  • Sélectionne les végétaux qui font le moins mal en mangeant, puis délaisse les fibres qui finissent par toutes lui faire mal.

 

  1. Le tube digestif

Il est composé de :

  • L’estomac qui a un Ph de 1 à 1,5.

  • Le caecum qui contient les bactéries qui digèrent la cellulose des végétaux.
    Chez l’humain, il correspond à l’appendice.

Chez le lapin, il est plus gros que son estomac.

  • Le colon, qui contient les selles. Comme le transit est rapide, il y a deux passages :

1er qui produit les caecotrophes,

2nd qui produit les selles.

 

Chez l’herbivore, le système digestif se réparti ainsi :

  • Estomac 9 %

  • Intestin grêle 21 %

  • Caecum 16 %

  • Colon 54 %

 

Comment le lapin sait-il que c’est un caecotrophe qui arrive à la sortie de son caecum, et non une crotte ?

Lorsque le caecotrophe arrive à destination, l’anus du lapin le démange, ce qui l’incite à manger son caecotrophe.

 

 

 

  1. L’alimentation du lapin dans la nature

Le lapin sauvage fait deux repas par jour : un le matin, et un le soir.

 

Ses sens de l’odorat et du goût sont très développés :

  • Il choisit ses plantes,

  • Il fait le tri,

  • Le temps passé à sélectionner ses plantes lui donne la sensation de satiété.

 

Le lapin est curieux mais a des préférences alimentaires, il peut avoir une néophobie et une aversion pour une plante s’il a eu une mauvaise expérience ayant une relation avec celle-ci.

 

La mastication lui permet :

  • D’user ses dents,

  • De l’occuper,

  • De lui procurer une sensation de satiété lorsqu’il a suffisamment :

  • Marché,

  • Cherché,

  • Mastiqué.

 

  1. L’alimentation du lapin de compagnie

 

  1. De l’eau (de source de préférence) à volonté

 

  1. Foin ou herbe fraiche à volonté

L’herbe humide risque de favoriser le mauvais développement de bactéries dans le caecum, il faut donc l’essuyer ou l’essorer.

 

  1. Les foins

Le foin est un végétal séché.

 

Le regain : Foin riche

Le crau : Fléole des près, luzerne.

C’est un foin riche en énergie, mais pauvre en fibres. Il est facile à manger, c’est le foin idéal pour un lapin qui n’en mangerait pas du tout.

La luzerne : Beaucoup trop riche, surtout en calcium. Ne convient pas pour les lapins adultes.

Les légumineuses : Très riche, ne convient pas pour les lapins adultes.

 

Le foin intéressant est celui dont toutes les parties de la plante sont présentes, ainsi que beaucoup de feuilles.

Il faut varier les foins avec une même base : Timothy étant le meilleur foin de base car il contient énormément de fibres.

 

 

 

 

 

 

  1. Les repas

Donner en deux fois :

 

  • 100 g / kg / Jour de végétaux frais variés qu’on trouve dans la nature.

  • 15 g / kg / Jour d’extrudés

  • Ponctuellement : Fruits, friandise saine.

 

Aliments prioritaires :

 

  • Légumes feuilles

  • Salades : en second car pas assez de fibres

  • Légumes racines en minorité

 

Aliments interdits :

 

  • Sauge

  • Laurier

  • Plantes d’appartement

  • Plantes à feuilles bicolores

  • Plantes à fleurs jaunes (sauf le pissenlit)

  • Plantes exotiques

  • Noisettes

  • Ail, poireaux, ciboulette, oseille (anémie)

  • Avocat

  • Rhubarbe (douleurs intestinales)

  • Pommes de terre

 

 

Exemples de friandises naturelles :

  • Rose

  • Fleurs d’hibiscus

  • Branches d’arbres fruitiers (dans la nature, les lapins mangent les écorces d’arbre)

  • Branches de noisetiers

  • Etc…

 

  1. Introduction alimentaire

Pour commencer la diversification alimentaire :

  • Le lapin doit manger son foin,

  • Le transit doit être parfait,

  • Il ne doit pas y avoir de stress prévisible,

  • Le lapin doit avoir plus de 4 mois.

 

Commencer par introduire un végétal par semaine :

1er : Céleri branche

2ème : endives

3ème : etc……

 

  1. Les aliments industriels

Ils sont indispensables dans certains cas :

  • Lapereaux d’animalerie qui mangent des granulés en élevage,

  • Convalescence,

  • Reproduction,

  • Végétaux pas assez variés.

 

Ne pas donner plus de 15 g / kg / Jour en deux repas.
Retirer la portion non consommée dans la demi-heure.

 

Composants

 

Il existe trois sortes d’aliments industriels pour lapins, ici par ordre de création :

 

1er) Les compressés : Du sucre (mélasse) est utilisé pour faire tenir ensemble les fibres compressées.

 

2ème) Les extrudés : Ne contiennent pas de sucres, mais les fibres sont brulées pour que l’ensemble tienne, donc les vitamines sont détruites puis rajoutées ensuite. Elles sont stables pendant 2 mois, mais la date de péremption est bien plus longue. Ils ont moins de goût.

 

3ème) Compression à moyenne température pour conserver plus de vitamines.

 

Lorsque l’on choisit son aliment industriel, il faut éviter ceux contenant des colorants et additifs.

 

Ne jamais donner de chocolat à un lapin, car il contient de la théobromine, qui leur cause de la tachycardie et qui est neurotoxique. Les seuls animaux qui peuvent en avaler sans s’empoisonner sont les primates.

 

  1. Recette de biscuits pour lapins

 

½ carotte

½ banane

1 c. à s. d’avoine sec non sucré.

 

  • Râper la carotte

  • Couper la banane en rondelles

  • Mélanger

  • Rajouter l’avoine sec

  • Ecraser le tout

  • Faire des petits tas sur une plaque de cuisson

  • Faire sécher 40 min. à 1 h. à 40° C

 

On peut y ajouter ce qu’on veut (qui rentre dans l’alimentation du lapin)

 

 

 

Merci à Brig pour cette communication et à cette clinique pour cette initiative d'organiser des conférences pour le bien-être de leurs "petits patients"



06/07/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres