les lapins libres

les lapins libres

La stérilisation de la lapine du jour J à J+8

 

Les étapes d'une stérilisation : du jour J au J+8

 

 

 

 

 

 

Pour aider à gérer les étapes d'une stérilisation, voici un article basé sur l'opération de Joséphine-Lily

 

La stérilisation est angoissante pour nous : c'est une opération invasive chez la lapine : on coupe la peau et les muscles du ventre, on suture donc au dedans et au dehors de l'abdomen.

 

 

http://www.margueritecie.com/sterilisation_en_images.php

 

 

C'est en général le vétérinaire qui choisit d'enlever l'utérus et les ovaires ou bien uniquement les ovaires. Les deux opérations sont possibles.

Il y a une anesthésie,  gazeuse, certes, mais qui reste une anesthésie avec un processus de réveil et une fatigue. Le lapin doit remanger très vite afin de ne pas interrompre son transit.

Je sais pour l'avoir vécue déjà une fois qu'il nous incombe de gérer les suites opératoires. Beaucoup de questions pratiques se posent alors et cet article, je l'espère, y répondra.

 

 

Le lapin ou la lapine sort généralement le soir même de son opération. Il arrive qu'il ou elle ne ressorte que le lendemain si l'opération a eu lieu tardivement (urgences à assurer) ou si l'animal semble trop fatigué, pas encore réveillé etc...

 

 

 

Jour J : 

 

Rendez-vous à la clinique à 9h00

 

http://www.cliniquevet-guillon.fr/

 

 

j'ai préparé une boîte hermétique avec des herbes fraîches du balcon : coriandre, fenouil, menthe et romarin. J'ai rajouté de la salade : frisée, romaine et batavia. Il faut toujours prévoir, malgré la fatigue et la perte d'appétit, une réalimentation qui peut intervenir rapidement ou bien une hospitalisation plus longue.

Pendant ce temps, je vais consacrer l'heure du repas (je rentre chez moi à midi) pour nettoyer son environnement, changer la litière, mettre dessus une serviette de toilette. Elle permettra de maintenir propre la cicatrice, de mesurer l'importance du transit et sa reprise.

Lors de son retour, j'y déposerai une poignée de foin frais.

Il est important de tout mettre à sa portée et de plein pied : l'eau, la nourriture car la première nuit, la lapine surtout, se déplace peu, voire pas du tout.

A ce soir pour la prochaine étape...

 

Lily vient de rentrer à la maison, un peu fatiguée, c'est normal...Elle doit être assez impressionnée par sa journée. Il faisait très chaud pour la transporter mais on ne commande pas la météo !

Elle a pris 100g : elle pèse à présent 1, 980 kg. Elle a un pansement en aluminium comme Li-lou et j'en suis ravie car Li-lou n'avait jamais touché à sa cicatrice.

 

Voici un pansement de ce type :

 

88707311.jpg

 

 

Lily et son installation :

 

 IMG_2746.JPG

 

 

 

J+1

 

 

La nuit a été difficile. Elle souffrait : grincements et grattages frénétiques. Vers 5h00, j'ai décidé de lui donner du metacam : disons que j'ai repoussé le plus possible l'échéance ne sachant pas ce qu'elle avait eu comme anti-douleur à la clinique. Théoriquement, il aurait dû suffire, mais depuis l'ingestion du metacam, elle a bien voulu manger des pommes séchées.

J'espère avoir déclenché un début d'alimentation.

Pour l'instant, je n'ai vu ni crottous, ni pipis.

Je l'ai maintenue au chaud sur mes genoux une bonne partie de la nuit. La température était élevée, mais en cas d'opération l'hiver, il ne faut pas hésiter à mettre une bouillotte contre eux, pour qu'ils ne prennent pas froid.

 

Il est 7h : le metacam fait effet. Elle vient de manger un bouquet d'herbes, des pommes séchées et comme elle adore les granulés, j'ai rajouté un petit tas devant elle.

Le gavage sera sans doute inutile si on progresse toujours.

Pour inciter aux pipis, je vais remettre une litière normale. Les serviettes sont peut-être un obstacle à une reprise de sa propreté.

Elle souffre encore.

10h20 : en dépit du metacam, elle n'a pas mangé, juste fait un gros pipi dans un coin de la chambre. Elle grince des dents. Je vais devoir la gaver.

 

10h45 : les résultats du gavage : juste une cuillérée à café de critical care dans de l'eau, ne se sont pas faits attendre : quelques minutes plus tard, elle se trouvait dans le foin, mangeait à pleine bouche et faisait ses crottous !

Le transit repart avec des crottes légèrement molles et en épis de maïs (trop grosses pour être des caecotrophes) conjuguées à des crottes normales.

Le pipi était de couleur rouge comme si elle avait mangé du pissenlit ce qui est normal après une chirurgie. Il ne contenait pas de sang à l'état de traces pures.

Joséphine-Lily est "dans les temps" de la récupération même si le gavage a joué un grand rôle dans la relance.

 

 

 

 

 

IMG_2749.JPG

 

 

 

Trois choses essentielles à retenir : ne pas hésiter à gaver le lendemain si anorexie.

Changer le moins possible l'environnement.

Alerter en cas de douleur et réagir vite : un lapin qui souffre ne mange pas.

 

13h : ce qu'il y a de bien avec les lapins c'est leur façon de souffler le chaud et le froid : le deuxième gavage  est un échec complet : je n'ai jamais pu y arriver ! Même avec la méthode du sushi : elle jaillit par en haut et se jette par terre. Elle s'est tellement débattue que j'ai pris peur pour les plaies et j'ai dû abandonner. Si elle ne remange pas d'elle même on perdra tout le bénéfice du rétablissement du transit observé ce midi.

J'ai souvent galéré avec le gavage mais là, ça dépasse tout ce que j'ai pu connaître auparavant.

Une fois de plus, on y revient toujours avec les lapins : ça passe (elle se remet à manger toute seule) ou ça casse et là, il n'y aura rien à faire pour la sauver (sa vie dépend de ce qu'elle va manger).

 

La difficulté n° 1 reste le gavage chez les lapins. Sauf cas particulier, ils se mettent en danger au cours de cette opération destinée à leur sauver la vie. Il faut se mettre à même le sol pour éviter les chutes.

 

17h : elle a remangé  : des herbes, des granulés et un peu de sa tasse de verdure de ce matin. C'est léger mais c'est une reprise. On pourra espérer mieux demain. Et puis, tout s'accumule dans l'organisme, ça plus ça, plus ça...

 

19h : elle a presque fini sa gamelle de légumes. A J+1, on peut déjà dire que Joséphine-Lily a fait le plus dur. Il nous reste à bien gérer la douleur encore 4 ou 5 jours.

 

 

 

J+2 :

 

 

Lily-Jo a bien récupéré. On la retrouve dans son coin favori, perchée sur son petit coffre. Elle se fait des toilettes énergiques pour faire disparaître les odeurs de médecine. J'ai surveillé que sa petite langue évite le ventre. Pour l'instant, c'est le cas.

Elle remange comme quatre et ses crottes ont retrouvé un aspect normal ce matin.

Yoshi est désolée de ne plus voir sa copine et il faut que je me renseigne pour savoir quand je peux les remettre ensemble. Il trouve le temps long et ne peut pas comprendre pourquoi on ne la sort plus.

D'un autre côté, pas question de prendre des risques inutiles.

 

 

 

 

 

IMG_2752.JPG

 

 

IMG_2751.JPG

 

 

 

Une chose à retenir de la journée J+1 : chez les lapins, dites-vous bien que tout va très vite dans un sens comme dans l'autre. Lorsqu'ils commencent à aller mieux, l'évolution se fait d'heures en heures.

 

 

J+3 :

 

 

J'ai oublié l'anti-douleur hier soir ! C'est dire si elle allait bien...Il n'est visiblement plus nécessaire.

Elle dévore mais commence à s'ennuyer : depuis hier soir, elle cherche à sortir de la chambre et j'ai peur qu'elle tente une cascade et se retrouve coincée sur le lit. Je n'ai jamais su comment elle y était parvenue ayant enlevé tout ce qui pouvait lui servir de tremplin.

Je pense lui permettre l'accès au dessous du lit pour faire diversion et redonner de l'intérêt à son enfermement. J'ai regardé sa cicatrice et je n'ai vu qu'un fil sous le spray d'aluminium : c'est une oeuvre d'art !

Je crois donc qu'il faut protéger la cicatrisation interne surtout...

J'ai pris divers avis sur le forum du Terrier : on s'accorde tous pour dire qu'il faut rester prudent. 10 jours semblent être nécessaires pour une cicatrisation complète. Comme je suis en vacances, il est possible que je lui octroie des récréations l'après-midi à partir de mardi ou mercredi si je vois qu'ils sont calmes (pas de courses-poursuites, pas de "saillies"...)

Pour mettre toutes les chances de notre côté, on traitera de nouveau Yoshi au nervosyl.

A partir du samedi 2 mai, jour de l'anniversaire de Yoshi (ses 7 ans), on les mettra ensemble, nuit  comprise.

 

 

J+ 4 :

 

 

Lily reste bien sage. Elle joue beaucoup dans son tunnel vert et avec sa boule à granulés. Elle dévore. Aujourd'hui, je vais passer un peu de temps avec elle pour ne pas qu'elle s'ennuie.

Elle ne touche pas à sa plaie. Je pense qu'elle n'y touchera plus maintenant.

 

Pour ceux et celles qui ont des fils non résorbables, il n'est pas rare que ce 4ème jour soit source de tracas : le lapin enlève lui même ses fils et il faut retourner chez le vétérinaire pour la pose d'agraffes. Parfois, il faut opter pour une chemise ou pire encore : la collerette ! Il faut donc surveiller.

 

Petite intrusion de Yoshi dans la chambre par accident...Le temps que j'intervienne, il avait déjà fait 2 ou 3 "saillies" : en forme le pépère ! On va reprendre le nervosyl au plus vite !

 

 

 

J+5 :

 

 

 

On refait une tentative de cohabitation aujourd'hui mais si Yoshi est toujours aussi pénible, on sera obligé d'interrompre. C'est malheureux de devoir se freiner sur un trop plein d'amour ! En général, on a plutôt à faire à de l'agressivité...Je ne supporte pas qu'il lui monte dessus alors qu'elle a été opérée. J'ai peur qu'il lui fasse mal. J'aimerais bien qu'elle recommence à le grogner. Après tout, c'est à elle de se faire respecter !

Question opération, elle ne touche toujours à rien. Ce type de pansement, c'est vraiment idéal !

Je m'interroge afin de comprendre pourquoi il y a tant d'écoles concernant les sutures des plaies : fils non résorbables, fils résorbables, colles, pansements classiques avec collerette, pansements en spray, aluminium ou pas...

13h

Ils sont ensemble depuis 4 heures. Yoshi est pénible mais il tente moins la saillie. Il multiplie les parades amoureuses que Lily fuit souvent. Si seulement elle le grognait comme avant !

 

 

 

IMG_2782.JPG

 

 

 

 

 

 

J+6 :

 

 

Joséphine-Lily semble complètement remise. Elle fait des courses, cherche à escalader, pousse sa balle à granulés : d'ailleurs, elle l'a tellement poussée qu'on l'a perdue ! Je suis frappée par ses capacités à s'étirer en dépit de deux cicatrices (intérieure et extérieure). Elle vit complètement normalement comme si elle n'avait rien, et demain matin, ça fera une semaine qu'elle a été opérée. Elle mange énormément car son activité lui impose une alimentation abondante : foin, granulés, légumes. On réduira lorsqu'elle courra moins.

Elle ne touche pas à sa cicatrice du tout. Il me faudrait y jeter un coup d'oeil, histoire de surveiller, mais tout me semble normal.

Après vérification, la couture est très belle, bien fermée, les points sont encore visibles par endroit, mais ils disparaissent dans la chair (ça fait de minuscules points noirs inaccessibles). Le pansement aluminium en spray a disparu. Le poil ne semble pas repousser pour l'instant.

 

 

 

J + 7 :

 

 

 

La cicatrice ressemble à celle-ci : en plus fin, en plus rectiligne, en moins rose et sans les noeuds des fils. Merci à la jolie Ysil de servir de modèle...

 

 

Photo : Chris

11119168_10205427322234371_1489404985_n.jpg


 

 

Je mesure le chemin parcouru en si peu de temps : une semaine tout juste...Je l'amenais à la clinique.

 

 

 

J+9 :

 

 

 

Lily-Jo et Yoshi cohabitent : pas une ombre au tableau. La cicatrice est parfaite. Comme Joséphine est une lapine qui floppe énormément, on la voit souvent.

 

 

 

 

 

IMG_2804.JPG



23/04/2015
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres