les lapins libres

les lapins libres

Le lapin face à la maladie et au décès de son compagnon

 

 

 

 

Le lapin face à la maladie et au décès de son compagnon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lapin en bonne santé « sait » pour l'autre, aideest solidaire, change ses habitudes pour le soutenir,  peut se montrer triste.

 

 

 

Il sait : tous les changements dans son attitude, décrite ensuite, montre qu'il sait et après le décès, de nouveaux changements apparaissent, montrant qu'il a compris !

 

 

 

 

Yo-shi pendant la maladie de Li-lou :

 

 

 

 

Yo-shi était un petit lapin très dominant, avare de léchouilles mais demandeur : Li-lou devait obtempérer souvent sans espérer recevoir grand-chose en échange.

 

 

 

 

 P9010075.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant sa maladie, les séances de léchouilles étaient à sens unique mais c'était cette fois Yo-shi qui s'y collait et son attitude forçait notre admiration. Il y passait beaucoup de temps et li-lou n'en donnait plus du tout !

 

 

 

 

 PB230056.JPG

 

 

 

 


 

 

Le premier matin de sa maladie, elle ne s'est pas levée, lui non plus…personne n'avait touché à la gamelle ce qui signifiait qu'il était resté près d'elle toute la nuit.

Il a mangé très peu ce premier jour, surtout du foin mais il a fallu insister un peu en lui présentant dans le bureau. On le trouvait triste.

Le deuxième jour, il a prêté ses cartons : quand on sait ce que ça représente pour lui ! J'approchais de la nourriture près des entrées, il sentait, puis lui touchait sa bouche avec la sienne comme s'il avait voulu l'inciter à manger…Il ne la quittait pas, que pour aller lui-même manger.

Le troisième jour, alors que je l'avais prise dans mes bras, il est venu voir ce que je lui faisais.

A aucun moment, il n'a été agressif jusqu'à rentrer près d'elle dans les cartons sans l'en éjecter, ce qui arrivait parfois en temps normal.

 

Pendant trois jours, on a pu observer des signes très prononcés d'un changement de comportement : il n'était plus le dominant mais le protecteur et ça, jamais nous n'aurions pu l'imaginer avant de l'avoir vécu. On a découvert qu'il était en fait très proche d'elle, ce que nous ignorions…quelle richesse une fois de plus dans le comportement des lapins quand on sait les observer. Le vétérinaire, qui ignore tout de ce que je viens de raconter, nous a dit qu'ils étaient très intelligents et très sensibles.

 

Une fois de plus,  cette expérience dont on se serait passée, nous a appris beaucoup sur eux et nous sommes admiratifs de ce dont ils sont capables avec leur petits cerveaux de lapinous…

 

 

 

 P8130033.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Pendant des semaines, il était bien triste, il passait des heures à dormir, ne jouait plus du tout car lorsqu'il se réveillait, c'était pour aller à ses côtés, la lécher…son air sombre et son peu d'activités nous inquiétaient.

 

 

 PC060014.JPG

  

 

 

 

 

Yo-shi après le décès de Li-lou :

 

 

 

Quant à « l'après », il n'a plus rien à voir, question comportement, avec ce qui a précédé le décès…

 

 

Lorsque j'ai pris li-lou dans mes bras pour la mettre dans le sac de transport, je me suis baissée et j'ai demandé à Yo-shi de lui dire au revoir, il l'a sentie seulement…mais je crois que ça a suffit…il a tout compris et il n'y a pas eu de transition dans son comportement. Il a manifesté du soulagement, s'est remis à jouer d'emblée, s'est montré «  libéré » d'un poids : il n'avait désormais plus personne à soutenir…

 

 

 

 

Depuis, il continue de jouer, de se promener dans l'appartement, ce qu'il ne faisait plus…il vit pleinement sa liberté, une vie de lapin ordinaire : il escalade, visite, se couche en position détendue, occupe des espaces qu'il avait totalement abandonnés : nous retrouvons notre petit lapin adopté en février 2009 que nous avions progressivement perdu de façon insidieuse car nous, les humains, nous avons égaré nos facultés d'observation et la finesse de notre ressenti.

 

 

 

 

 

 fifi fauteuil.JPG

 

 

 

 Yoshi pendant la maladie de Yalla :

 

 

 

Yoshi fut très différent. Nous nous attendions à beaucoup de protection de sa part, à une attitude similaire à celle qui avait été la sienne à l'égard de Li-lou. Il en fut tout autrement.

D'emblée, il nous a frappé par son indifférence au point de vivre une vie de célibataire avant l'heure, ce qui nous a beaucoup inquiété quant à Yalla.

Il n'a jamais cherché à profiter de la situation pour la dominer ou l'attaquer, il préférait s'allonger plus loin, s'écarter d'elle au point de l'ignorer des heures durant.

Il lui arrivait bien sûr, de s'intercaler entre elle et nous, afin qu'on la laisse tranquille alors qu'on s'acharnait à la sauver. (voir photo ci-dessous).

 

 

 

IMG_2545.JPG

 

 

 

Yoshi avait compris quelle serait l'issue de notre bataille. Il a cherché à nous le faire comprendre, en vain. Nous, les humains, on cherche à sauver jusqu'au bout, même ce qui n'est pas sauvable.

 

 

 

Après la mort de Yalla :

 

 

Dans un premier temps, Yoshi n'a pas changé son comportement. Nous nous sommes pris à espérer un rapprochement entre lui et nous, pensant que ça suffirait à son bonheur.

Il a cependant, sombré très vite, dans une routine qui nous a rapidement inquiété. Il dormait beaucoup trop, bougeait trop peu, faisait tout au ralenti, et nous suivait partout.

L'arrivée d'une nouvelle copine lui a redonné le goût de vivre : il faisait des allers et venues pour sentir sous sa porte, et la lente descente vers l'apathie fut remplacée par un regain d'énergie qui nous a soulagé.

Il était temps : le célibat l'aurait tué.

 

 

 

 

 

 

Voici deux témoignages concernant les lapins qui montrent à quel point ils comprennent la mort :  

 

 

Heike qui a perdu Chocolate quatre jours avant le décès de li-lou :

 

« Les animaux sentent avant nous. La veille du décès de Chocolate, Mouchoir est venue lui faire un brin de toilette sans demander de retour. Je rappelle que pourtant, elle avait peur de lui et le peu de fois où elle lui a fait sa toilette, elle passait la tête dessous pour avoir un retour qu'il refusait. Elle savait déjà.

 

 

 

Celui de Toto :

 

 

J'ai un petit témoignage. J'ai un chat (malade chronique) et mon lapin Tommy qui ne sait pas sentir le chat à tel point que le salon - salle à manger est réservé à Tommy et le reste de la maison (cuisine, hall, chambres, sdb, garage) au chat. Lorsqu'il voit le chat Tommy tape de la patte et l'attaque carrément à travers la baie vitrée.
Un jour Beny (mon chat) était pas bien du tout et pour avoir un oeil dessus en attendant la visite, prise d'urgence, chez le vétérinaire, j'avais allongé Beny quasi comateux sur le canapé. Là, il s'est passé une chose qui m'a fortement émue, Tommy a sauté sur le canapé (j'étais prête à intervenir au cas où mais j'ai laissé faire), Tommy s'est approché et a toiletté toute la tête de Beny pendant quelques minutes.

 

 

 

 

 

Je suis certaine que beaucoup d'autres témoignages s'ajouteront à ceux-ci…Ils montent à quel point ces petits animaux sont merveilleux, à quel point ils sont dotés d'une sensibilité hors du commun qui force notre admiration.



20/12/2009
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres